Je te plumerai la tête – Claire Mazard

Auteur : Claire Mazard

Publié chez : Syros

Nombre de pages : 504 pages

Prix : 18€

Date de sortie : 06 Février 2021


Le résumé :

Depuis l’enfance, Lilou voue une admiration sans bornes à son père. Elle ne lui trouve aucun défaut. Depuis que la mère de Lilou est hospitalisée, le duo père/fille est plus soudé que jamais. À la demande de son père, Lilou rentre aussitôt après le lycée chaque soir. C’est lui aussi qui lui a conseillé, pour son bien, de cesser de se rendre à l’hôpital : à quoi bon consacrer trop de temps à cette mère fragile ? Avec tact, les amis de Lilou, qui s’inquiètent pour elle, vont l’aider à appréhender qui est réellement ce père envoûtant, sûr de lui et omniprésent.


Qu’est ce que j’en ai pensé ?

7/10 – Une très belle surprise !

Je suis partenaire Syros depuis peu, et je les remercie pour l’envoi de ce livre. C’est sa couverture qui m’a attiré au premier abord. Alors ni une ni deux, je me suis un peu plongée tête baissée dans cette lecture. Je trouve qu’en plus elle se dévore assez rapidement, la police est plutôt grosse, les chapitres courts, on mange les pages plus qu’on le les lis quoi !

Ce roman est mon premier de l’autrice que je ne connaissais pas du tout avant celui-ci, et j’ai d’ailleurs un second roman d’elle qui est dans ma pal, qui est plus récent d’ailleurs vu qu’il est sorti cette année, et vu la légèreté de sa plume, il me tarde de l’attaquer également !

« “On est tristement sérieux, à dix-sept ans, quand sa mère n’est plus et que des cigales, dans les pins, vous serinent le bonheur perdu, qui ne reviendra plus.”

Lilou est adorable, touchante. Et elle adore son papa. Ils ont une grande complicité, et au début, je n’ai pas su déceler toute la profondeur du roman. Ce que j’ai apprécié, c’est le fait qu’on suive Lilou sous forme de journal intime de ses 16 à 22 ans. Ce qui nous permets de la voir évoluer de simple adolescente à femme, tout en étant témoin de sa prise de maturité sur toutes ces années. Je crois que c’est l’aspect du roman qui m’a le plus plu. Le roman traite des pervers narcissique, de l’emprise que ça peut avoir sur une personne, ainsi que les répercussions que ça engendre derrière.

Pour avoir été moi-même sous cette emprise, la lecture m’a dérangée. J’ai trouvé que le sujet était traité avec justesse, et Lilou démontre que l’on peut vraiment s’en sortir. Mais c’était dérangeant pour ma propre expérience personnelle parce que j’avais l’impression de retourner dans le passé de nouveau, et ce n’était pas vraiment agréable. Mais encore une fois, l’autrice accompagne son personnage principal jusqu’au bout, pour qu’elle grandisse, nous montrer que s’en sortir c’est possible, et j’ai trouvé la morale très belle, les mots ne sont pas durs simplement encourageants.

« Si tu arrives pas à surmonter la moindre épreuve, de quoi seras-tu capable dans la vie. »

Un roman ado qui touche un sujet délicat, traité cependant tout en délicatesse et bienveillance, je le recommande !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s