Eclats d’étoiles – Neal Shusterman

Auteur : Neal Shusterman

Publié chez : Collection R

Nombre de pages : 297 pages

Prix : 7.90€

Date de sortie : 04 février 2021


Le résumé :

3 filles, 3 garçons, 1 étoile maléfique.
Dillon possède le terrifiant pouvoir de déclencher des vagues de destruction avec une simple pensée.
Deanna, elle, ressent une peur si dévorante qu’elle en est devenue une sorte de trou noir, aspirant tout ce qui la terrorise.
Lorsque l’éclat d’une supernova illumine le ciel nocturne, Dillon et Deanna ont une révélation : ils sont six à être accablés de pouvoirs monstrueux qui leur rongent l’âme autant que le corps. Et ce n’est qu’ensemble qu’ils auront une chance de vaincre ces forces mystérieuses.


Qu’est ce que j’en ai pensé ?

3/10 – Pas du tout a mon goût…

Arg cette chronique, comme je l’ai repoussée. Je ne sais pas par quoi commencer dans cet avis. Il m’est très rare de ne pas aimer un livre, mais pour le coup, je n’ai pas apprécié celui-ci. Dans un premier temps, je trouve que l’intrigue est très brouillon, J’ai peiné à le lire alors que le roman n’est pourtant pas épais. Les chapitres sont courts ce qui est agréable. Au début, j’ai trouvé que c’était du déjà vu, mais étant donné que le roman est « vieux » il y a prescription. Je n’ai pas réussi à saisi ce choix de le publier cette année d’ailleurs, c’est un roman qui selon moi à mal vieilli, il est bourré de clichés qui ne passent plus dans la société actuelle.

Au niveau des personnages, comment vous dire. Je n’ai pas réussi à accrocher à un seul d’entre eux… Déjà on alterne avec tous leurs points de vue à chacun, ce qui fait 6 personnes à suivre chapitre par chapitre, euh mon cerveau était en ébullition ?? Surtout que du jour au lendemain chacun obtient des pouvoirs sans explications (même si on les aura par la suite), j’ai trouvé ça peu crédible.

Elle aurait dû éprouver terreur et répulsion à chacune de ces catastrophes ; pourtant, une paix soudaine, inexplicable, insensée, l’emplissait toujours à la suite de ces désastres. Toute cette destruction ne lui paraissait pas réelle ; c’était tout au plus un tableau, une peinture qu’on plaçait sous ses yeux.

D’autant que le roman contient de la grossophobie présente pratiquement dès le début. Avec un personnage qui s’appelle « Lourde » en surpoids, qui ne cesse de se rabaisser, ou d’être rabaissée par les autres, autant vous dire que je tiquais pratiquement à chaque passage. Les personnages ne sont pas solidaires entre eux, ils se tirent sans cesse dans les pattes, donc quasiment impossible d’avoir de l’empathie pour eux également. J’ai eu l’impression d’être spectatrice de loin à leur histoire sans réussir a y rentrer complètement.

Je crois que c’est la première fois que je suis aussi dure dans une chronique. Et je m’en excuse de potentiellement froisser les personnes qui lisent ces lignes, mais je n’ai pas eu une aussi mauvaise lecture depuis longtemps. Et je ne lirais pas la suite.

La peur lui coupait le souffle. Elle était si puissante qu’elle se propageait tout autour d’elle et enveloppait ses proches ; ses parents, ses anciens amis… jusqu’aux parfaits inconnus qui s’aventuraient trop près d’elle. Sa peur était aussi contagieuse qu’un fou rire et aussi toxique que des vapeurs de cyanure.

Les personnages sont peut-être le plus gros point négatif pour moi dans l’histoire. Je pense que si le roman avait été adapté quelques années auparavant il aurait pu marcher plus qu’en sortant aujourd’hui.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s