Like a love story – Abdi Nazemian

Auteur : Abdi Nazemian

Publié chez : Milan

Nombre de pages : 355 pages

Prix : 16.90€

Date de sortie : 13 novembre 2019


Le résumé :

Actu : 1er décembre – Journée mondiale de lutte contre le sida. New York, 1989. La ville est tapissée de posters d’Act Up. La communauté homosexuelle vit sous la menace du sida. C’est dans ce climat que trois jeunes vont se rencontrer, s’aimer et vivre l’année la plus décisive de leur vie.
New York, 1989. Reza, 17 ans, d’origine iranienne, vient tout juste d’arriver à New York. Le jeune homme vit dans la peur que sa famille découvre son secret. Un secret qu’il s’admet à peine. Reza pense être gay, et cela le terrifie, car tout ce qu’il connaît de la communauté homosexuelle, il l’apprend aux informations télévisées qui montrent constamment des images d’hommes mourant du sida.
Judy rêve de devenir styliste et porte une admiration sans bornes à son oncle Stephen, atteint du virus du sida. Stephen dédie tout son temps au collectif Act Up, dont il est un membre actif. Art est le meilleur ami de Judy. Il est le seul garçon ouvertement gay de son lycée. Pourtant, chez lui, il subit le rejet brutal de ses parents qui refusent d’accepter son orientation sexuelle.
Quand Reza rencontre Judy et Art, leur vie à tous les trois prend un tournant inattendu entre amour, amitié, trahison et acceptation de soi.


Qu’est ce que j’en ai pensé ?

8/10 – Poignant à souhait

Deux semaines après ma lecture à l’heure ou j’écris cette chronique, je n’arrive toujours pas à déterminer si j’ai réellement adoré. Vous voyez ce genre de livre que vous commencez à lire, que vous ne parvenez pas à arrêter, mais même s’il vous fait mal vous continuez quand même parce que vous aimez ça quand même ? (où alors c’est moi qui suis sadomaso) C’est ce que like a love story me fait ressentir. J’ai aimé, mais bordel ça m’a fais mal.

On se plonge dans les années 90, à la découverte du sida, la peur que ça a pu engendrer dans la population, et j’ai trouvé ça particulièrement captivant. Je suis née au milieu des années 90, et je n’ai pas trop vécu ça étant donné que j’étais hyper jeune, je ne me suis pas rendue compte des conséquences que ça avait pu avoir sur la population. C’était vraiment édifiant d’en apprendre autant. Et dérangeant à la fois.

Maman me lance un regard en coin. Elle ne me croit pas et je sais que je suis en train de mentir à quelqu’un que j’aime. Mais ça ne fait pas de moi quelqu’un de mauvais, me dis-je. Ça fait de moi quelqu’un d’humain.

Le roman a un gros point qui m’a littéralement charmée : les références musicales. Il en est bourré avec Madonna et Like a virgin ahah, et ça c’est le gros plus du bouquin, j’ai adoré et pour en rajouter un peu plus lorsque des chansons étaient citées je me les mettais dans les oreilles pour parfaire encore plus la lecture. Mais forcément, ça m’a fais penser à Freddie Mercury que j’adore et ça m’a fais mal. C’est une sensation très étrange parce que je ne l’ai pas personnellement connu, mais ça fait quelque chose.

J’ai adoré nos trois jeunes, Art, Judy et Reza (et bien d’autres personnages secondaires, croyez moi ils sont pépites !) qui malgré ce qui les entoure, les galères qu’il peut arriver, continuent de militer et d’être pleins de vies. Une vraie leçon sur la joie à transmettre au quotidien, chacun à leur manière ils m’ont touchée. D’autant que la fin du roman m’a particulièrement achevée, je vous conseille les mouchoirs.

Je veux que l’amour suffise. Je vais le répéter jusqu’à ce que ça marche.

Un livre poignant et émouvant, qui devrait être plus mis en avant, parce qu’aujourd’hui encore, il n’y a pas réel traitement pour le sida, alors il faut continuer d’informer. L’auteur d’ailleurs m’a très touchée dans ses remerciements parce qu’il y a du vécu (et il le dit) j’avais juste envie de lui envoyer plein d’amour. Parce qu’on est tous contre le sida.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s