Lire est dangereux (pour les préjugés) – Dave Connis

Auteur : Dave Connis

Publié chez : Page Turners

Nombre de pages : 298 pages

Prix : 15.90€

Date de sortie : 12 août 2020


Le résumé :

Quel est le point commun entre L’Attrape-coeurs et Hunger Games ? Ce sont des romans. Des romans interdits dans le lycée de Clara. Quand la jeune fille découvre que, depuis des années, des oeuvres y sont censurées sans que personne n’en sache rien, elle décide d’entrer en résistante. Son plan ? Monter une bibliothèque clandestine dans son casier. Et montrer qu’en aucun cas, les livres ne peuvent être dangereux.


Qu’est ce que j’en ai pensé ?

10/10 – Un coup de foudre

Avant toute chose je remercie page turners pour l’envoi de cette pépite ♡

Déjà lors de la réception du programme, en lisant son résumé il m’a tout de suite tapé dans l’œil, et franchement je ne m’imaginais pas à quel point ça allait être le cas. Pourtant vous me direz, il n’est pas bien gros vu qu’il fait moins de 300 pages !

Je ne savais pas trop dans quoi je m’embarquais, je savais juste que ça parlait de livres et puis je me suis lancée. Quelle belle surprise. Clara, le personnage principal de l’histoire m’a littéralement fascinée, je l’ai trouvé si forte et inspirante. Plus d’une fois avec son initiative elle à eu des doutes et pourtant, pas une fois elle n’a lâché l’histoire, ce qui n’est pas facile dans un lycée privé. Je pense qu’en tant que bookworm on ne peut qu’être touchés par l’intrigue. Franchement, si votre lycée censurait des livres, ce ne serait pas le pied de créer également une bibliothèque clandestine ? Avouez, ça fait rêver.

Chacun à notre manière, nous avons peur. Peur des livres, mais pas seulement. Peur des idées, des discussions, des changements, parce que nous avons peur des frustrations que tout cela pourrait engendrer. Oui, nous avons peur. Et je sais de source sûre qu’avoir peur, c’est le contraire d’être libre.

Pour vous dire même la vérité, Clara m’a donné envie de lire un livre qui n’existe pas, mais qu’elle décrit avec tant de passion que forcément, on est tentés. J’ai adoré les références citées, il y a des classiques que j’ai lu, et d’autres où j’ai pris des petites annotations perso pour pouvoir les découvrir. Je pense qu’on est le meilleur public pour juger ce roman, et ça nous fait également réfléchir : pourquoi les lycées pourraient juger quels livres sont à bannir pour les élèves ? Ne sommes nous pas libre de nos choix les concernant ? Question pertinente, que j’ai adoré décortiquer pendant ma lecture.

Les débuts de chapitres ont également presque tous droit à des citations de classiques qui permettent d’accentuer certaines actions et les rendre plus forte. J’étais aux anges lorsqu’en plus je la connaissais. Je me suis beaucoup reconnue dans cette lecture, parce qu’aujourd’hui je ne m’imagine pas avec tous les merveilleux livres de ma bibliothèque qu’il y en ai un qui soit censuré, chacun à son importance, chacun m’a apporté, et peut importe le sentiment, qu’il soit positif ou négatif, il m’a permit de mûrir et m’ont tous touchée à leur manière.

Les livres ont un côté indomptable. On ne peut pas les apprivoiser. Les gens aussi ont un côté rebelle. On ne peut pas non plus les contraindre. Les deux combinés, personne ne sait ce qui se produira.

Un roman fascinant qui va vous questionner, vous retourner le cerveau, et vous fasciner à la fois. Des messages importants, des actions coups de poing, en bref, lisez ce roman.


Une réflexion sur “Lire est dangereux (pour les préjugés) – Dave Connis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s